Le 27 décembre 2019, la Compagnie de Gendarmerie de Fada N’Gourma a organisé un point de presse en vue d’informer l’opinion publique sur les circonstances de l’assassinat du forestier assassiné dans leur localité en novembre 2019.

En effet, le 27 novembre 2019 aux environs de 19 heures, la Brigade de Recherches de Gendarmerie de Fada N’Gourma a reçu le commandant des Eaux et Forêts, MATIO Arsène. Celui-ci a déclaré la sortie de leur agent, BAYE Wanza Théodore Isidore en service au Service Départemental de l’Environnement et du Cadre de Vie de Fada N’Gourma, la veille,  le 26 novembre 2019 à 19 heures et n’aurait toujours pas regagné son domicile.

La Brigade de recherches après avoir informé le Procureur du Faso, Près le Tribunal de Grande Instance de Fada N’Gourma et rendu compte aux supérieurs hiérarchiques, a immédiatement ouvert une enquête.

Au cours de l’enquête, le 29 novembre 2019, il est rapporté à la brigade, la découverte d’un corps sans vie en état de putréfaction avancée dans un espace vide au secteur n°1 de Fada. Il s’agissait bien du corps de l’agent forestier recherché. Cette découverte macabre a semé la panique dans la ville de et les commentaires dans les réseaux sociaux ont alimenté les débats et laissé percevoir un assassinat ciblé ou un acte de terrorisme.

Pour nécessité d’enquête, des personnes ont été interpellées à la sous-unité. Leurs auditions ont permis de remonter et de reconstituer la scène de crime.

Il est ainsi ressorti que l’agent BAYE, nourrissait secrètement le désir de se payer une voiture. Il s’est inscrit dans une auto-école de la place pour l’obtention d’un permis de conduire, après quoi il a rassemblé une importante somme d’argent pour se procurer ce moyen de locomotion. Au cours des échanges avec sa copine, il fut rassuré des services d’un féticheur de la place pour l’aider à multiplier l’argent en sa possession. L’agent des eaux et forêts tombe dans l’arnaque. Le féticheur lui donne rendez-vous le 26 novembre 2019 au secteur n°1 de Fada N’Gourma dans une zone non-lotie. Avec ses complices, il prépare minutieusement son forfait. Dès que le forestier pénètre dans la maison, ils l’assomment avec un gourdin et à l’aide d’une hache, ils lui transpercent  le crane.

Les mains liées, il est mis dans un sac en plastique. A l’aide d’un tricycle, il est conduit par le frère cadet du féticheur pour être jeté loin des concessions. Il fut découvert dans un état de putréfaction avancée le 29 novembre 2019. Un scénario digne d’un film d’horreur.

Les investigations menées par la brigade de recherches ont conduit à l’arrestation de neuf (09) complices et la découverte du lieu du crime. Selon les auteurs, le matériel suivant a été utilisé pour commettre le crime :

  • Un (01) tricycle ;
  • Deux (02) haches ;
  • Un (01) gourdin ;
  • Une (01) daba ;
  • Une (01) feuille de tôle sur laquelle était déposé le cadavre.

Le présumé auteur bien connu dans la ville de Fada N’Gourma a tenté de faire disparaitre les preuves accablantes en faisant réfectioner le salon de la maisonnette dans laquelle le crime a été commis avant de prendre la fuite. Avec la somme récupérée auprès du forestier, il s’est payé trois (03) motos de marque SIRIUS, a confectionné des briques et acheté beaucoup d’articles. La motocyclette du forestier a été trouvée cachée dans un parking de la ville.

En somme, il est à noter que l’acte commis n’est pas un fait de terrorisme mais un assassinat crapuleux commis par des bandits.

La Gendarmerie Nationale profite de cette occasion pour une fois de plus lancer un appel aux populations de se méfier des féticheurs, communément appelés « wakman » et de toujours communiquer avec leurs proches avant de répondre à un quelconque rendez-vous. La population est vivement invitée à s’approprier des numéros verts, 16, 17, 1010 pour dénoncer toute activité suspecte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

celtabet