Discours du Chef d'Etat-Major de la Gendarmerie Nationale le 11 février 2022
                                                            Discours du Chef d’Etat-Major de la Gendarmerie Nationale le 11 février 2022

 

Monsieur le colonel major Chef d’État-major Général des armées

Distinguées personnalités

Officiers, sous-officiers de la Gendarmerie nationale

Mesdames et messieurs en vos rangs, grades et qualités

A l’entame de mon propos, qu’il me soit permis de témoigner toute ma gratitude à son Excellence Monsieur le Président du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), Président du Faso, Chef suprême des Armées, pour la confiance placée en ma modeste personne en me confiant le Commandement de la Gendarmerie Nationale, en ce moment particulier de l’histoire de notre pays. Je ne ménagerai aucun effort, aux côtés de mes hommes, à œuvrer, jour après jour, à mériter cette confiance et à prouver davantage la loyauté de la Gendarmerie nationale vis-à-vis des institutions de l’État.

Permettez-moi également, de saisir cette occasion première, pour traduire aux militaires de la Gendarmerie toute ma fierté quant à la qualité du travail abattu sur l’ensemble du territoire national dans la lutte contre le terrorisme, et ce au péril de leur vie.

A l’appel de beaucoup de noms de nos collègues, sûrement un silence retentirait : alors je vous prie d’observer une minute de silence, pour tous ces immortels dont le sacrifice suprême nous vaut de garder la tête haute et de ne jamais baisser les bras.

Je vous remercie.

Qu’ils sachent, que leur sacrifice ne sera pas vain car, j’œuvrerai à ce que leur sang versé sur la terre libre du Burkina Faso, « fertilise notre lutte héroïque » et inspire notre engagement. J’ai une pensée pieuse pour nos blessés, les familles des victimes et nos collègues portés disparus. Nous ne vous oublions pas.

Je tiens enfin à rendre un vibrant hommage à tous ces aînés qui m’ont précédé à ce prestigieux poste et qui ont contribué à faire de notre institution, un pilier majeur de l’architecture sécuritaire de notre pays.

Certains d’entre eux m’ont éduqué depuis le Prytanée, d’autres m’ont formé au métier de gendarme, tous m’ont toujours conseillé et porté dans leur cœur.

En me permettant de servir mon pays à ce niveau de responsabilité́ en ce moment précis, je souhaite pouvoir bénéficier de l’accompagnement de tous les aînés, non moins méritants, que l’ancienneté place de fait, hors de notre maison mais nullement loin de sa construction : vos précieuses pierres seront toujours sollicitées pour consolider l’édifice.

Le colonel Major BAMBARA Omer à qui j’ai l’honneur de succéder, me confiait comme par prémonition lorsqu’il me fixait ma lettre de mission à la tête de la Légion Spéciale de Gendarmerie nationale, qu’il était revenu pour passer le Commandement de la Gendarmerie aux plus jeunes.

Qu’il me soit permis de lui rendre un vibrant hommage pour son engagement reconnu à défendre les intérêts de cette institution, et aussi pour sa vision pour la Gendarmerie de demain

 

Monsieur le Colonel Major Chef d’État-major Général des Armées,

Après une soixantaine d’années d’existence, il est impérieux que la Gendarmerie Nationale du Burkina Faso soit réorganisée à l’image des Gendarmeries sœurs de la sous-région afin d’être pleinement opérationnelle pour répondre présente aux rendez-vous importants qui nous sont fixés.

L’encrage institutionnel actuel de l’institution est préjudiciable, et à la sécurité, et à la défense nationale.

Les dysfonctionnements constatés lors de la dernière attaque survenue à INATA viennent rappeler l’urgence de procéder à une réorganisation profonde de l’Institution afin de lui donner l’autonomie nécessaire à son efficacité, sans préjudice à la modernisation des autres armées et aux liens fonctionnels qui devraient exister.

En attendant cette réorganisation que tous les gendarmes du Burkina Faso appellent de tous leurs vœux, nous allons persister dans les efforts déjà entrepris malgré cette impatience débordante de se voir mieux valorisés, et mieux compris.

 

Prioritairement, en plus de nos engagements actuels, sur divers fronts dans la lutte contre le terrorisme, nous allons entreprendre sous votre leadership et forts des valeurs de patriotisme et d’intégrité chères au Chef suprême des Armées :

  • le renforcement du service social de la gendarmerie en vue d’une meilleure assistance psychologique de nos hommes engagés sur les théâtres d’opérations, un meilleur accompagnement de nos blessés, ainsi que le soutien adéquat à apporter à leurs familles ;
  • la dynamisation des unités et sous unités de police judiciaire et techniques dédiées aux investigations en matière de corruption, de fraude, de crimes économiques, de trafics divers ; toute chose qui contribuerait à assécher les sources de financement du terrorisme ;
  • le renforcement des missions traditionnelles de la Gendarmerie notamment la surveillance générale du territoire, la sécurisation des axes routiers, la sécurité des personnes et des biens ;
  • le renforcement et la modernisation de nos emprises et des infrastructures de formation et d’entrainement.

En outre, la Gendarmerie doit aussi faire sa mue, en luttant contre les pratiques corruptives en son sein afin de légitimer son action régalienne. Il nous faut œuvrer particulièrement, à ce que la compétence et la probité, soient nos repères de telle sorte que les pratiques contraires à l’éthique et à la déontologie du gendarme ne galvaudent pas la devise de notre institution « Pour la Patrie, la Loi et l’Honneur »

 

Monsieur le Chef d’Etat-Major Général des Armées, honorables invités,

Pour nous soutenir dans la reconquête du territoire et faciliter l’exécution de nos missions, nous comptons sur nos amis et partenaires de tous les horizons, qui nous accompagnent depuis des années notamment dans les actions de formation, d’équipements et de réalisation d’infrastructures. Nous souhaitons que ce partenariat puisse se poursuivre, se renforcer, et se diversifier dans des rapports mutuellement avantageux.

 

Officiers, sous-officiers de la gendarmerie nationale

La situation sécuritaire de notre pays, marquée par des drames à fort taux d’attrition de nos hommes, nous commande de doper notre moral, de revigorer la confiance en nos capacités guerrières incisives et décisives au combat, afin de réaffirmer à la nation entière, notre engagement à ne rien céder à l’ennemi.

Pour cela, nous nous devons d’être plus exigeants dans l’exécution rigoureuse des savoir-faire adaptés à la menace, dans la discipline et le respect des lois de la République.

Fort de cet engagement, nous devons entreprendre un vaste effort de préparation tactique et technique pour toutes les catégories de personnels engagés sur le théâtre des opérations, et un effort sans précédent d’équipement individuel et collectif adéquats.

Aussi, désormais, devons-nous systématiser les retours d’expérience en tirant leçons de nos succès, et de nos revers sur le théâtre des opérations, afin d’améliorer nos procédures et nos engagements futurs.

A tous les futurs chefs qui seront bientôt responsabilisés,

A tous les gradés de contact, je vous confie un secret que j’ai expérimenté à la tête de l’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale « Aimez vos hommes comme vos enfants ou comme vos frères et sœurs ; vous serez épatés par ce qu’ils sont capables de faire pour vous honorer ».

 

Militaires de la Gendarmerie Nationale,

La reconquête du territoire national chère au MPSR passe par l’instauration de la sécurité et de la paix au profit de nos vaillantes populations qui paient un lourd tribut dans cette guerre.

En tant que gendarme, nous sommes des gens d’armes en deux mots, c’est-à-dire, des gens armés disséminés au sein des populations pour les protéger et les servir.

La nouvelle stratégie de lutte contre le terrorisme consacre le rôle que la Gendarmerie devra jouer aux côtés des autres forces de défense et de sécurité, des VDP et des populations pour atteindre cet objectif.

Nous répondrons présents en jouant pleinement notre partition, dans une synergie d’action avec les autres forces.

Pour être pleinement efficaces, nous devons en tout premier lieu faire montre d’une cohésion interne indéfectible entre gendarmes, quelles que soient nos origines, et notre place dans la hiérarchie ; nous devons nous souder autour de l’essentiel : « la sauvegarde de notre peuple et la refondation de notre Nation ».

Mais même soudés, nous ne gagnerons pas la guerre tout seuls.

Nous la gagnerons si nous conjuguons nos efforts avec les autres forces vives de la nation, que ce soient les Forces Armées, la Police, les autres Corps para militaires, les Volontaires pour la Défense de la Patrie, la Justice et j’en passe.

Notre spécificité, Force militaire avec des missions de police est notre force.

Si elle nous permet d’agir efficacement sur le spectre d’une crise, du temps de paix au temps de guerre, elle devrait nous permettre davantage et surtout d’être le trait d’union entre nos confrères des Armées (aviateurs, terriens ou pompiers) et les policiers pour le bien-être des populations vivant sur notre sol.

Nous avons le même pays, nous avons le même ennemi, mettons nos intelligences en commun, car c’est la seule manière de venir à bout de cette menace.

 

Officiers, sous-officiers de la Gendarmerie Nationale

En ce qui me concerne, et pour l’honneur qui m’a été fait d’être placé à la tête de cette noble Institution, je m’engage à avoir les mêmes exigences que j’aurais pour vous vis-à-vis de moi-même.

Je tiens à vous assurer que mon engagement à vos côtés sera quotidien. Il est dit qu’à la déférence des subordonnés doit correspondre la bienveillance du chef.

En retour de cette bienveillance que j’aurai en permanence, j’attends de vous comme l’a si bien dit le Général Tiémoko Marc GARANGO je cite « rigueur, discipline, professionnalisme et désintéressement » fin de citation.

La Gendarmerie Nationale sous mon leadership participera pleinement à la noble mission de sauvegarde de notre peuple et de refondation de notre Nation.

Pour ce qui nous dépasse, faisons confiance au bon Dieu.

 

Vive la Gendarmerie Nationale, Vives les Forces Armées nationales

La patrie ou la mort, nous vaincrons